dernières nouvelles

Historique

Le Castlemilk Moorit fut développé par sir Jock Buchanan-Jardine entre la fin des années 1920 et le début des années 1930 par croisements de brebis Shetland, de mouflons et de béliers Manx Loghtan. Le troupeau vécut isolé pendant plus de 40 ans sur le domaine de la famille Buchanan-Jardine, dans la région de Lockerbie (Dumfriesshire) en Ecosse, ce qui permis de fixer ses caractéristiques spécifiques.

Tout commença en 1927, lorsque Sir John Buchanan-Jardine succéda à son père. Ayant un penchant pour les animaux de couleur brune –non seulement des moutons, mais également des bovins et des chiens- il souhaita développer un troupeau de moutons afin de fournir la matière première aux besoins vestimentaires de sa famille. En 1928, il acheta 14 brebis Shetland à deux cornes de la succession Ballindalloch dans le Banffshire.

shetlandooi moeflon manx loghtan

On dit qu'il décida de faire saillir ses brebis par un bélier mouflon de Corse et Sardaigne en 1930. En 1936, il ajouta ensuite un bélier Manx à son troupeau. Malgré la ressemblance, il est peu probable que le Castlemilk Moorit ait du sang Soay. Sir John introduisit bien un bélier Soay dans le groupe, mais n’ayant pas obtenu les résultats escomptés, ces croisements furent éliminés.

Vers 1949, le troupeau, généralement composée d’une soixantaine de brebis et de 2 ou 3 béliers, se serait ainsi formé. Durant les vingt années suivantes, jusqu'à la mort de Sir John en 1970, une race homogène se serait formée sur base d’une sélection rigoureuse. Après la mort de Sir John , son fils Rupert hérita de la succession. N’ayant pas de plan particulier pour la ferme, il décida de vendre le troupeau complet (plus de 100 moutons). Son annonce ne rencontra pas beaucoup d’intérêt. Seuls deux acheteurs se manifestèrent: Joe Henson du Cotswold Farm Park acheta six brebis et un bélier, et M. Mundue de Northumberland acheta quatre brebis. Le reste du troupeau fut abattu. En 1970, le nombre de Castlemilk Moorit redescendit donc à 11 animaux. En fait, seulement dix, car Joe découvrit une des brebis morte suite à l’attaque d’un chien. La population Castlemilk Moorit actuelle descend de ce bélier et du petit groupe de brebis, sans toutefois exhiber des défauts de consanguinité.

En 1974, James Furness, habitant le Derbyshire, acheta une brebis agée, son agnelle et un bélier chez Joe Henson . En 1976, le major Lindsay Wallace du Shropshire récupéra les 4 brebis de M. Mundue. Il trouva un bélier chez James Furness. A l’époque, il n’existait que ces trois troupeaux de race pure en Angleterre.

Vers 1983, on comptait une douzaine éleveurs et quatre-vingts moutons. Ayant été enregistrés sur 6 générations successives, le Castlemilk Moorit fut alors reconnu en tant que race distincte par le Rare Breed Survival Trust (RBST). Selon un recensement effectué en 2003, le troupeau comptait alors 688 brebis. Cependant, en 2013, le Castlemilk Moorit reste toujours considéré comme «vulnérable» sur la liste du RBST des espèces menacées au Royaume-Uni.

Joe Henson du Cotswold Farm Park fournit à Jan Van Erp du parc « Goede Hope » de Hoofdplaat, au Pays-Bas quelques exemplaires des ces élégants moutons qui, progressivement, réussirent à charmer un nombre croissant d’éleveurs au Pays-Bas et en Belgique.